Soclage : Facile, rapide, pas cher et sympa…

Le soclage des figurines est soit la première soit la dernière touche que vous allez donner à vos figurines.
Il existe beaucoup de techniques avec des rendus, des plaisirs différents.

Celle que je vous propose ne donne pas les résultats les plus exceptionnels mais, en 15 mm (et même au delà) elle est :
– Visuellement tout à fait acceptable et même plutôt bien,
– Simple,
– Pas cher,
– Rapide à réaliser.
Bref du bonheur lorsque, comme moi, vous avez envie d’aller vite et de garder du temps pour les pièces qui vous motivent le plus à peindre !

De quoi aurez-vous besoin ?
Commencez par vous équiper ! Et pour ça, avant que je ne commence à être dissert, une petite liste fera l’affaire :

matériels nécessaire

Le matériel dont vous aurez besoin !

– Une paire de ciseaux, un cutter
– une règle et un stylo
– une planche à découper
– de la colle « glue »
– de l’enduit de rebouchage
– du carton « gris » de 2 mm d’épaisseur
– de la bande magnétique
… et vos figurines !

Première ou dernière touche ?
En général, pour socler, je préfère le faire AVANT de peindre et ce pour plusieurs raisons.
D’abord parce que cela emprisonne le pied de la figurine, prison qui sera recouverte des différentes couches de peintures évitant ainsi les raccords de finition toujours délicats.
Ensuite parce que, donnant du poids au pied de la figurine, cela rend sa manipulation plus facile en cours de peindre. Peut-être me faut-il faire un tour chez mon psychanalyste, mais c’est en tout cas une sensation que je juge importante. Et puis, une fois que c’est fait, c’est fait et on n’y revient plus. Hop !

Mais ce n’est pas toujours possible. Ou, pour être plus juste, cela rend les choses plus ou moins faciles. Mes limites sont : les unités de piétons en rang serré de 4 figurines, la cavalerie ou les chevaliers avec 3 figurines ou certains modèles (les chars par exemple).

Dans ce cas, je socle tout ce qui est possible en prévoyant la place pour ajouter les dernières au moment de coller puis aussi lors de l’application de l’enduit de rebouchage.

Le Timing
On part avec l’idée de travailler à la chaîne en gardant toujours les pièces les plus minutieuses pour la fin (ce qui permet d’acquérir/reprendre les bons gestes avec le facile avant).
– Préparation des bases en nombre et aux dimensions. On peut en profiter pour préparer l’aimantation à ces même dimensions si vous êtes un adepte de mode de fixation de transport.
– Préparation des figurines (ébarbage, essaie de répartition spatiale sur les plaquettes…)
– Collage des figurines sur les plaquettes
– Application de l’enduit
– sous-couchage (appelé aussi basing)
Chacune de ces étapes sont assez simples et rapides avec un peu de temps de séchage qui s’intercale. Mais reprenons les en détail histoire de…

Préparation des Figurines
On les sort des sachets, on en prépare la répartition par unité.
Un petit test de répartition sur les socles vous permettra immédiatement de vous donner un effet visuel tout en validant l’équilibre de la figurine : si elle n’est pas stable, un petit coup de cutter sous le pied, une petite torsion sont alors nécessaires. Autant le faire.
L’ébardage et autre coup de cutter sont à faire avec précaution. Rappeler vous que vous maniez un outil tranchant sur du plomb et autres alliages. Il serait dommage de répandre votre sang sur vos jolies figurines tout en vous inoculant des scories toxiques sous la peau. Ma grand-mère aurait pu dire que cela donne un tatouage en relief du plus bel effet mais, comme ce n’est pas l’objet de l’article…

Personnellement, je travaille sur une petite planche à découper en plastique de cuisine : en appuyant, le plastique, même dur, absorbe un peu de la pression de la figurine lorsque vous appuyer dessus avec votre outil tranchant comme un bourrin. Et ça évite de redécorer votre table de séjour. Pour de simples bavures de coulage, un passage de la lame le long de celles-ci suffiront à les faire partir. C’est probablement sur les boucliers sans relief que cette opération la plus minutieuse est à faire soigneusement mais, si vous jetez un coup sur la vidéo de Moffom, vous verrez, c’est simple.

Collage des figurines

C’est sur cette partie que les choix les plus techniques peuvent être développer. Certains collent à la néoprène, d’autres à la colle à bois et je ne mentionne pas nombre d’autres colles synthétiques qui ont pour effet de fondre légèrement le plastique si vos figurines sont de cette matière.

Personnellement, je colle à la cyanolite appelée couramment « glue ». ET ce n’est pas sans raisons :

application enduit

On Truelle !

- Contrairement à la néoprène, le séchage est rapide et ne nécessite pas trop de manipulation. Le collage est plus durable également (on parle en dizaines d’années si on veut avoir une échelle de temps pour les comparaisons que j’ai pu faire).
– Contrairement à la colle à bois ou autres colles fortes et plus résistantes, en cas de choc, la glue « casse » avant la figurine. et il est plus facile de reposer la figurine sur sa plaquette avec son socle que si celle-ci a cédée au niveau des chevilles par que moins résistantes que la colle.

Application de l’enduit
Il y a beaucoup de techniques différentes pour faire un « décor » aux pieds de nos jolies figurines. L’avantage de l’enduit de rebouchage c’est sa plasticité, sa capacité à en faire des textures plus ou moins granuleuse.
Pour votre achat, privilégiez un tube avec bouchon. Cela sèche moins. De plus, vous en perdrez moins.
La granulosité de celui-ci est directement lié à son utilisation : comme finition ou comme gros oeuvre en bâtiment. Choisissez la finition : C’est bien assez pour le 15 mm et, si vous voulez ajouter du relief alors que la granulosité de base serait insuffisante, quelques gros grains de sables seront du plus bel effet et facile à immerger dans la masse.

L’enduit de rebouchage se dilue très bien à l’eau. On peut l’apposer « à la truelle » tout comme on peut le fluidifier avant la pose. On peut aussi, une fois le « truellage » fait, passer avec un gros pinceaux imbibé d’eau pour lisser les reliefs (en n’oubliant pas de nettoyer son pinceaux immédiatement avec de l’eau qui ne servira pas pour la phase de peinture si vous voulez le conserve un peu).
Quoiqu’il en soit, lors du « truellage », n’oubliez pas de bien inclure la base de figurine. Il vaut mieux que les pieds du fantassin/canasson soient un peu recouvert que de laisser des effets de jointure persister. De toute façon, sable, boue, terre, il n’y a jamais aucune raison que vos figurines n’aient pas les pieds légèrement enfoncées dans le sol, alors…
C’est fait ? Finissez vos plaquettes et laissez sécher 24 heures, c’est bien.

Sous-couchage
Le lendemain, sous-couchez et hop !
Pour cela, je vous renvois aux articles de Moffom. Personnellement, j’ai une forte préférence pour le blanc. Le gris très clair à l’extrême limite.
Les plus observateurs diront que la vidéo réalisée est faite avec des figurines noires. Ce sont des figurines « d’occasion ». Ce type de basing est à la limite du crime contre l’humanité et est pour le moins une offense au bon goût et à l’efficacité !
La sous-couche blanche va éclairer votre figurine et en 15 mm, ce n’est jamais du luxe. Mais le principal argument est que si vous souhaitez appliquer une couleur à faible pouvoir couvrant (jaune et rouge par exemple), un petit coup de blanc en aplat puis de la couleur choisie. Essayez sur une base noire et vous serez de mon avis, je pense.
De toute façon, Moffom vous a fait deux vidéos pour vous permettre de choisir, alors…

Votre sous-couche doit être légère. Certains prennent de le bombe dédiée à cet exercice.
J’utilise de l’acrylique « Art & Déco » trouvée en magasin de « Loisirs Créatifs ». Elle est souvent épaisse et avec des pigments manquant de finesse. Avec une dilution importante (voire excessive, n’ayez pas peur de diluer plus que moins), on badigeonne le tout comme un fou. Pas assez de pigement ? On peut en rajouter de suite sans attendre la sèche complète. Trop de pigment ? Une petite averse localisée au pinceau et votre figurine retrouvera ses traits et reliefs ! Mais avant que cela sèche…. Et comme tout cela va dégouliner à loisir, les aspérités les plus importantes de votre socle vont être bouchées avec les pigments de la sous-couche. Et hop, c’est fait !

Conclusion
La fin du soclage se fera ensuite en toute fin. Une couleur de base un peu claire répartie sur tout le socle. Voir en tâche (du marron et du vert par exemple). On fait attention à ne pas trop mordre sur les pieds des figurines qui sont peints. Puis, une fois tout cela bien sec, un lavis marron foncé et c’est fini.
Trop facile, non ?

Cassandre

Une réaction sur “Soclage : Facile, rapide, pas cher et sympa…”

  1. Welnin45 dit :

    J’ai testé l’enduit de rebouchage et c’est vraiment bien !
    Merci m’sieur ;-)

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.