Orléans Wargames, tournois interne le 6 novembre 2015

Voilà, nous sommes maintenant quelques-uns à jouer régulièrement à DBA au sein de l’asso.

Et même si nous n’avons pas fait le plein des joueurs de dba, ce mini-tournois interne lancé sans grande préparation, a regroupé 10 joueurs en trois rondes suisses.

De fiers psiloï zoulous défendant leur Kraal

De fiers zoulous défendant leur Kraal

Particularité : en début de soirée, 3 nouveaux joueurs sont présents. Initiation en 15 minutes sur les grands principes et, ça tombe bien, j’ai justement trois armées zoulous disponibles. Bon, c’est clairement une anachronie car le tournois était en période antique, livres I & II. Mais cette armée qui est un peu ouvre boîte, permet de ne gérer que trois types de troupes et aucun de ceux-ci ne bénéficie de résultats particuliers : il faut faire le double ou obliger à des reculs impossibles pour tuer les plaquettes adverses. Moralité ? Une armée facile à prendre en main et ou rapidement, la réflexion tactique prend le dessus face à la complexité de la découverte. Et, au moins sur ce plan là, c’est réussi !

Les romains se préparant à rejoindre un champ de bataille...

Les romains se préparant à rejoindre une champ de bataille…

Mais, sans trop déflorer le sujet, poursuivons sur la présentation des listes en présence :
I-2b : nouveaux royaumes égyptiens,
I-6b : madianites,
I-52i : hopplites italiotes primitifs,
II-11 : gaulois post 225 av J.C. (ce qui permet sournoisement d’avoir une agression de 0 et non de 3 !),
II-46 : armées kushan (ou kouchane),
II-56 : armée romaine début d’empire,
II-74a : armée palmyre
et bien sur trois fois la
X-I : armée zoulou.

Et nous avons échapé à une “armée de squelettes” qu’un joueur par trop monomaniaque voulait jouer comme étant des gaulois. Mais, c’est vrai quoi, sans regarder de trop près, ça aurait pu passer. Ou pas.

Là, les bagages sont non peints. C'est border line ça...

Là, les bagages sont non peints. C’est border line ça…

D’ailleurs, petit aparté : nombre de joueurs ont des armées en cours de peinture. Mais, comme souvent en jeu historique, nous n’acceptons de jouer qu’avec des armées peintes complètement. Respect de soi, respect des autres joueurs, même en parties amicales, allez savoir… Ce qui est sur c’est que, si on a pas envie de peindre, on peut jouer à des wargames avec de jolis pions en carton qu’on achète déjà imprimé. Bref, on joue “full painted” et on en déroge pas à cette règle implicite. Et c’est parce qu’elles ne sont pas prêtes que les nouvelles armées du club ne figuraient pas au tournoi…

IMG_4964Le tournoi était donc organisé pour les deux premières périodes, soit toute l’antiquité. Petit tirage au hasard et hop, on commence les rondes suisses.

Au fait, les rondes suisses, une nouvelle chorégraphie avec des holalahiho ? Bon, si vous avez un peu joué aux échecs, pratiqué Magic ou autre chose d’approchant vous connaissez. Pour les autres, c’est simple. Les tournois en élimination directe, c’est embêtant : si on perd sa première partie, on ne joue plus. Et si on en joue plusieurs alors qu’il n’y a pas d’éliminés, comme savoir à la fin qui est le gagnant ? Le principe est donc simple : les gagnants rencontrent les gagnants et à la fin, au top, on à le champion. Et l’avantage, c’est que, les perdants rencontrant les perdants, petit à petit, vous rencontrez des joueurs de votre niveau et vous continuez à jouer, à apprendre. Bref, la ronde suisse, c’est bien.

Pharaon parti défendre seul son village. Ca va être compliqué...

Pharaon parti défendre seul son village. Ca va être compliqué…

Pour cette première ronde, où la seule entorse au tirage complètement aléatoire fut la répartition des zoulous sur des tables différentes, donne les rencontres suivantes – entre parenthèses le vainqueur :
– Egyptiens contre zoulous (zoulous)
– Kushan contre Palmyre (Palmyre)
– Gaulois contre Hoplites (Gaulois)
– Romains contre zoulous (Romains)
– Madianites contre Zoulous (Madianites)
Les joueurs ayant les zoulous ont un peu de mal, sauf contre les égyptiens. Il faut dire qu’une des premières armées du livre I n’est peut-être pas très préparée avec ses archers et ses hordes à affronter un équivalent de légion romaine extrêmement mobile…

Hoplites contre Zoulous en bataille rangée

Hoplites contre Zoulous

Pour la seconde manche, on obtient les tables :
– Egyptiens contre Zoulous (Zoulous)
– Hoplites contre Zoulous (Hoplites)
– Kushan contre Romains (Romains avec l’ironie que l’armée romaine a été prêtée au joueur par son adversaire !)
– Palmyre contre Zoulous (Palmyre)
– Gaulois contre Madianites (Madianites)

Pour la troisième et dernière manche, trois joueurs ont 6 points et il y a donc un joueur à total de 3 points qui est repêché :
– Egyptiens contre Zoulous (Zoulous en notant que le pauvre joueur Egyptien aura eu les trois armées zoulous à affronter lors de ces trois parties, servant de punching ball par destination),
– Kushan contre Hoplites (stand off)
IMG_4987– Gaulois contre Zoulous
(Zoulous)
– Madianites contre Zoulous (Zoulous)
– Palmyre contre Romains (Palmyre)

Pour le podium final, le départage par nombre de troupes perdues en différentiel permet aux zoulous de remonter fortement :

Une belle tête de vainqueur

Une belle tête de vainqueur

1er, Bertrand avec ses Palmyres, Amaury second puis Gérald troisième avec des Zoulous.

Pour cette première au sein d’Orléans Wargames, c’est une chouette soirée. Par contre, sur l’organisation technique, quelques améliorations sont à prévoir :

– Resserrer le tournoi sur un seul livre.
– Idée de permettre des changements sur ses 12 plaquettes en cours de tournois au début de chaque partie, en accord avec la liste, alliés compris si on veut donner un chrome plus historique.
– Les zoulous sont forts et déstabilisent les résultats en antiques. Il faudra proposer des armées simples mais de la période.
– Nous manquons un peu de décors pour simuler tous les terrains possibles avec les nouvelles règles.
– Le départage est à retravailler avec un logiciel tel que l’on en trouve partout plutôt que le gérer à la main.

Merci à Stéphane dit Welnin pour les photos !

Merci à Stéphane dit Welnin pour les photos !


Et pour conclure : la règle version 3.0 est vraiment plus rapide. Sur un temps donné de 50 minutes par partie, installation comprise, une seule finie en partie nulle à cause du temps écoulé. Ca, c’est une belle confirmation : DBA V3, ça dépote !

Cassandre,
Le 11 novembre 2015.

3 réactions sur “Orléans Wargames, tournois interne le 6 novembre 2015”

  1. Yann-Gaël QUAZZOLO says:

    Bonjour,

    Tout d’abord, en tant que participant de ce tournoi (le sournois gaulois, c’était moi !), ce fut une soirée très sympa, à renouveler aussi souvent que possible !
    Et l’idée de restreindre à un seul livre nous obligera à varier nos armées, ce qui me va bien. Il faudra juste planifier suffisamment à l’avance afin que l’on ait le temps de peindre si nécessaire.
    Je finis quand-même sur une remarque : pour ce qui est de la liste des égyptiens, si c’est bien la I/2b, ce n’est pas l’armée des nouveaux royaumes (new kingdom egyptians), mais celle des “early egyptians”. Ou alors c’est la I/22b.

  2. […] d’un jeu de figurine dans lequel me lancer, j’ai appris que l’asso de ma ville proposait un tournoi de dba. Ne connaissant pas du tout ce jeu, je me suis dis que c’était une bonne occasion pour me […]

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.